M - N - O

 

 

NOLENTIA : "Sell your soul to grind'n roll !" (auto-prod) www.myspace.com/nolentia
C’est en direct de la Ville Rose (Toulouse pour les adeptes de l’école buissonnière) que nous arrive Nolentia et leur 1ère démo « Sell your soul to Grind’n’Roll ». Si le nom du groupe évoque la fumisterie et la mauvaise volonté (nolentia !), on peut dire que ce trio propose en 1er jus quelque chose de simple, carré et relativement bien fait. Bon, musicalement on a un peu de mal à cerner l’univers puisque le groupe se dit influencé par beaucoup de groupes et de styles mais principalement (d’après eux !) par le Death et le Grind. Perso j’y rajouterai une touche de HxC braillé pour certains passages vocaux. Cette démo de 6 titres pour approximativement 14 minutes donne dans la virulence par sa vitesse générale tout au long des morceaux et l’urgence et le mot que je mettrais en avant pour désigné leur musique : ça blast, ça riff avec un minimum de note (en général) et ça hurle, parfois à 2 voix histoire d’enfoncer le clou avec un criard et un grunt ! Au final, Nolentia qui a peu d’années de présence sur la scène U.G. française a sorti une démo à l’artwork original, aux titres qui sortent du lot surtout par leurs mixités (pour l’instant) et pour sa virulence et sa violence en matière de tenue des instruments. Un bon départ ma foi ! Totaldeath (10/08)

MEZCLA : "Hermanos de sangre" (auto-prod) www.myspace.com/mezclaband
J'avoue bien humblement que je connais que très mal la scène Auxerroise, heureusement MEZCLA est là pour me permettre de palier à cette lacune. Ce qui est marrant, c'est le choix de leur mini CD.. Avouez que "Hermanos de sangre" ne sonne pas vraiment Bourguignon :) Ceci dit, une fois le skeud avalé par ma platine, la touche "Play" en foncée, je comprends mieux pourquoi un tel titre, on ne peux pas nier que la présence Hispanique n'est pas présente tout au long des quatre titres, un chant voracifié dans la langue du Sud, un death qui se veux influencer par le flamenco et surtout assez expérimentale dans sa constitution musicale. Certes, les musiciens qui forment MEZCLA sont loin d'être des novices (issus du Conservatoire), inutile de nier donc la perfection des dits musiciens. Le death métal sensiblement axé années '90 est plus que maitrisé par ce quator qui nous fait voyager du death brut de décoffrage comme on l'aime à des moment plus mélodiques proche du Heavy par ses guitares qui jaillissent et qui rythment les morceaux. Certes, ce n'est pas forcément ma tasse de thé, mais je serais mauvaise langue à dire que la musique de MEZCLA n'a pas un certain charme et qui plus est, la production est des plus soignée. Petite précision, mais qui à toute son importance pour les plus curieux d'entre vous, tous les morceaux de "Hermanos de sangre" sont en écoute libres sur leur MySpace, à vos claviers.. Laurent (10/08)

MALAS : "Conquest" (Maldito Records) www.malas.biz
Originaire de Chicago MALAS est encore un jeune groupe, formé en 2000, une première production à titre promotionnelle en 2004 et les revoilà avec leur premier album. Bercé dans la mouvance thrash '80 à la Obituary, Exodus, Dark Angel et autre Sodom, Slayer, etc... MALAS a su exploiter ses influences et ses expériences scéniques, visiblement très accrues pour franchir le cap du premier album, chose souvent difficile pour un groupe. Réussir à canaliser son énergie et perdre sa virginité en studio ne doit pas être évident. C'est surement pour cela que je reste un peu sur ma faim au final de l'écoute de ces 10 titres trashy, non pas que ce soit mauvais, bien au contraire, mais je reste persuadé que MALAS doit être bien meilleur en live qu'un groupe à écouter chez soi dans son canapé.. Le bémol principal de cet album est sans aucun doute ses solis qui sonnent vraiment trop Heavy pour mes pauvres tympans, bien sur, outre le fait et le but d'aérer les morceaux, finissent à la longue par lasser l'auditeur, parfois il faut savoir aller à l'essentiel et garder en soi cette volonté de trop en rajouter, ce qui est fort dommage, car ce petit côté Obituary est des plus agréable, disons qu'on mettra ses petits écarts sur le compte de la jeunesse... Laurent (10/08)

MASS EXTINCTION : "Creations Undoing" (Underground Movement) www.mass-extinction.com
Après une première démo en 2005, Mass Extinction revient avec un Mcd 4 titres, dont une reprise de Vio-lence, signé chez Underground movement. Le combo irlandais nous présente un Thrash pêchu et de fort bonne facture. A la croisée des chemins entre Thrash moderne à la The Hunted, et Thrash plus old school typé Exodus par exemple, Mass Extinction trouve un équilibre qui donne du sens à ses compos. On notera une grosse influence Slayer également sur l’ensemble des morceaux (notamment en ce qui concerne le chant et le placement de la voix), ce qui n’est pas sans me déplaire, d’autant que le groupe arrive à se forger une véritable identité parmi toutes ces références. Le son est terrible, typique du style mais pas désuet pour un sou, les cœurs ne sont pas sans rappeler Suicidal, et ajoutent un coté « core » explosif et qui permet à l’ensemble de ne pas être trop froid. Les riffs sont bien construits, et les nombreux breaks encouragent immanquablement au head banging. Un bon Mcd, même si on peut regretter au vu de la qualité générale qu’il n’y ait pas plus de titres, qui dure toutefois plus de 20 min pour 4 morceau... C’est pas du Grind !! Un bonus vidéo est disponible avec un morceau live, ce qui agrémente encore plus le tout. Avec tout ça, pas étonnant qu’ils n’aient reçu que des éloges, et ils peuvent notamment se vanter d’avoir conquis Gary Holt d’Exodus qui souhaiterait activement travailler avec eux... C’est bien tout le mal qu’on leur souhaite !! Trash (10/08)

OBNOXIOUS : "Dismal swarming shape" (auto-prod) www.myspace.com/obnoxiousmusic
Originaire de la région Lyonnaise, Obnoxious est un groupe qui a à son compteur tout juste six belles années musicales, une première démo sorti en 2004 et également à son actif deux participations à des compilations, un très bon moyen de se faire connaitre au delà de son département. Un changement de vocaliste il y a peu et revoilà le groupe sur le devant de la scène afin de défendre son nouveau bébé. Et ils ont bien raisons les bougres, quand on sort un tel produit, on peux être très fier de sa procréation. A la fois orienté death/trash old-school et pourtant si moderne dans ses sonorités avec une pointe Suédoise pour embellir le tout. "Dismal swarming shape" découpé en 5 morceaux dont une intro arrive fort bien à transcander l'auditeur dans un monde qui est le leur, des morceaux très entrainant avec une "mélodie" très agréable et des accélérations quand il le faut, une certaine osmose est développée tout long de l'album, et cet aspect très agréable de voyager dans divers monde musicaux est très réussi, du thrash au death le plus brutal, tout en passant par des moments d'accalmie, une vraie réussite. Nul doute qu'Obnoxious sait parfaitement composer des ziques qui font moucheà chaque note et c'est l'impression qui s'en dégage dès la première découverte du CD, chose qui n'est pas aisée et donnée à tous. D'un avis personnel le titre "D.T.U." en est l'exemple parfait, chose qui est à souligner, le chant est en parfaite concordance avec le style musicale du groupe, aussi bien dans ses notes dites suaves que vélaires. Messieurs les adeptes de musiques à sensation, noter bien le nom de ce groupe dans le coin de votre tête, on risque fort d'en entendre bien plus parler dans les années à venir, c'est tout le mal que je leur souhaite !! Laurent (07/08)

MOLOKH : "Molokh" (auto-prod) www.molokh.com
Le tournant du groupe, c’est l’année 2004 : changement de nom, DEVASTATING ART devient MOLOKH et leur death mélodique abandonne le côté mélodique pour devenir plus puissant. Ce changement induit également l’éviction du claviériste et la venue d’un nouveau bassiste (qu’ils ont mis un an à trouver). Aujourd’hui, ils sortent leur première démo comportant 5 titres (tout en allemand) de 23 minutes environ, enregistré dans leur propre studio. Leur musique est un bon death teinté par-ci par-là d’une touche de black. Le tempo général n’est pas ultra-rapide mais les riffs dégagent une puissance et une lourdeur indéniable. D’autant plus que le chanteur possède un growl fichtrement efficace. A cela il faut rajouter de bons solos et quelques mélodies qui apportent une ambiance assez glauque (exemple dans le 2ème titre "Karthago"). Malgré tout, il manquerait d’un peu de changement pour faire décoller le tout, peut être le côté linéaire à changer ou plus de diversité de riffs. Question son, il faut reconnaître qu’il n’est pas mauvais du tout même s’il a tendance à saturer dans les graves. Pour finir, on va dire que c’est une bonne entrée en matière mais qu’il serait bien d’étoffer les compositions. Makkura (07/08)

MESRINE / TREPAN' DEAD / ROGER MOORE : "Crushed pieces" (Inhuman Homicide Records)
Me voilà en possession d’un split grind francophone regroupant MESRINE, TREPAN’DEAD et ROGER MOORE, "Crushed Pieces" fraîchement sorti dans les bacs. Ce disque comprend 25 titres plus brutal les uns que les autres pour une durée totale de 46 minutes. Commençons par MESRINE. Faut-il encore les présenter ? Bon aller.... faisons les choses dans les règles, ne serait-ce que pour les gens non expert dans ce style de musique. MESRINE est donc un groupe de grind canadien mondialement connu né en 1997. Ce sont des fanas du split avec pas moins de 18 splits enregistrés, et ce malgré de nombreux changements de line-up. Les 8 titres présents ici ne sont pas nouveaux puisqu’ils proviennent des albums "Unidentified", "Going to the Morgue" et "I choose Murder" mais ce sont des enregistrements live de leur tournée anniversaire au Canada en juin 2007. La conséquence est que le son n’est vraiment pas fameux. En ce qui concerne le style musical, c’est du grind !!! Ce qui veut dire que ça bourrine du début à la fin. Au tour des ch’tis trépanés. TREPEN’DEAD revient en force avec 8 titres regroupés sous le nom d’Anonymous Grindoholics (mais disponible que sous la forme du split). Huit titres pour presque 15 minutes de pur bonheur ! En effet, entre parties groovy à souhait au touka touka parfait, les rouleaux compresseurs et les quelques secondes plus lentes et plus lourdes permettant juste de mettre en haleine, comment ne pas être aux anges ? C’est un concentré de rage et de hargne renforcé par la complémentarité parfaite des deux chanteurs Boub et Chris. Gruik, growl, cri... ajoutez les backings crust du guitariste Manu et tout y passe ! Je peux vous dire également que cette puissance est redoutable en live ! Vous savez ce qui vous reste à faire... à bon entendeur ! Quant au dernier groupe, ROGER MOORE, ils officient dans un grind aux influences punk marqué aussi bien dans les thèmes (orientés) que dans la musique. Le chanteur utilise principalement la voix criarde... et à vrai dire, je trouve ce groupe sans intérêt. En définitive, c’est un split qui ne vaut le coup que pour TREPAN’DEAD. Makkura (07/08)
www.myspace.com/inhumanhomicide

MANIAC : "From suffering" (Show Me Your Tits) http://smytrec.extra.hu
Du gros Death qui tache, voilà en deux (trois..) mots la musique de MANIAC. Ici, pas de fioritures, il faut juste que ça envoie ! Efficacité garantie en tous cas, les morceaux vont droit au but, et le head-banging est intensif sur les nombreuses parties mosh que contient l'album. Car ici, point de course aux notes, pas d'escalade vers une rapidité toujours accrue, mais des parties terrassantes, agrémentées de plans mid tempos, et de quelques blasts pour donner du relief à l'ensemble. La prod est puissante, elle sert avantageusement les compos de l'album. Les zicos ne sont pas des caves, c'est sûr, et l'ensemble est "droit", ajoutant un surcroit de patate à l'album. Plutôt pas mal tout ça me direz-vous. Et bien certes, pas mal du tout même, pas excellent non plus, la faute peut-être à une originalité parfois peut existante, mais est-ce vraiment ce que l'on cherche en écoutant ce genre de disque ? A voir en live à mon avis, là ou les morceaux prendront une autre dimension, ou à écouter entre potes avec une bonne bière... Mention spéciale pour l'artwork qui m'a beaucoup plu, et qui présente un montage d'images plutôt bien fait d'ailleurs, où se cotoient pêle-mêle des demoiselles occupées à explorer de leurs langues les parties génitales d'un sacré veinard, ainsi que des harquis privés, eux, de leurs parties génitales (j'ai déjà vu ça quelque part...), ou encore des tronches de tueurs en séries (Ed Gein et quelques unes de ses victimes...), bref que du qui va bien avec la zic... Tout bien quoi !!
Trash (04/08)

NECROPSY : "Bestial anatomy" (auto-prod) www.necropsy.fr
A l'écoute de ce premier album de Necropsy mon sentiment général n'a que très peu évolué : premier morceau : excellent ! deuxième morceau : excellent ! Mais alors, c'est comme ça tout l'album ?! Ben écoute oui, vraiment une tuerie ce "bestial anatomy". Necropsy, groupe de Tourraine, évolue depuis une dizaine d'années déjà dans la scène underground française d'abord sous le nom de Meconium, puis Necropsy. Le registre musical est passé du Thrash Death au Death Brutal, technique et avec une touche mélodique bienvenue. Le death brutal proposé est remarquablement éxecuté, les compos sont très puissantes, et la prod contribue à renforcer cette impression de dévastation. Les guitares sont énormes, bien grasses, mais elles restent audibles, la batterie bénéficie d'un son propre et naturel, qui a le mérite de ne pas sonner synthétique et triguée à mort, bref, la batterie colle parfaitement au style. Quant à la basse, et ben pareil, y a rien à dire, elle rempli bien son office, et est suffisament présente dans le mix, chose assez rare pour être soulignée... La voix, quelle voix !! une grosse voix gutturale, le chanteur fait un travail énorme, rythmiquement et vocalement, et les quelques backing ne font qu' ajouter un surcroit de variété à un ensemble plus que convaincant ! J'ai été plus que convaincu par cet excellent premier Necropsy, juste ça déchire !! Maintenant, je vous laisse aller vite commander cet album, vous ne le regretterez pas ! Trash (04/08)

ORGAN GRINDER : "Les maitres de l'univers" (auto-prod) www.myspace.com/orgasmtrasher
Alors là !! Si j’avais su que je recevrais un jour une k7 à chroniquer, en 2007 ?!!! Même dans les pays de l’Est ils ont encore des k7 mais aussi des cd !!! Bref, j’essais de trouver un appareil me permettant d’écouter ses 7 titres. Entres une pochette représentant Skeletor du dessin animé « Les maîtres de l’univers » dont c’est d’ailleurs le titre de la dite k7, j’ai affaire ici à une espèce de comédie musicale Punk thrashcore délirant ! Du coup, je comprends un peu mieux le support k7 qui doit aller avec l’esprit du groupe… Alors pour faire bref, le groupe a enregistré dans le coin de Lyon, mais les vocaux ont été rajouté bien plus tard. Organ Grinder, c’est 3 lurons ne jurant que par le Punk / Rock à tendance Métal underground !!! Niveaux paroles, il ne faut pas chercher du coté de Prévert évidemment car avec des titres comme « Bourre pif », « Gueule de bois » ou « Les maîtres de l’univers », les paroles sont du niveau des titres !! Organ Grinder ne se prend pas au sérieux et ça ne fait pas de mal ! Le tout respire la déconnade, le ras le bol d’une certaine société et une attitude presque Punk jusque dans le son de la k7. Un O.V.N.I. qu’on vous dit !...... Totaldeath (12/07)

OZLOMOTH : "Involution" (auto-prod) www.myspace.com/ozlomoth
Originaire de Toulouse, OZLOMOTH se voit composer de 6 membres dont 5 font déjà parti d'un groupe parallèle, à savoir : FLESHDOLL (batteur et guitariste), HUMAN FLESH, LYNDWURM ORPHANS et PUTREFACTION. Réunir un tel savoir ne pouvait engendrer qu'un combo très pro dans la composition et l'atmosphère très chevaleresque des morceaux du EP "Involution" le prouve concrètement. OZLOMOTH donne dans l'atmosphérique black métal avec quelques touches par ci par là de death métal, notamment dans le chant. Tout ceci est bien rodé, bien foutu, mais personnellement le côté synthétique est un peu épuisant à la longue du skeud. Les claviers trop présents finissent par lasser mon oreille, et je me languis d'attendre les morceaux rapides, dommage quand on voit le niveau technique du groupe, un peu plus de blast aurait suffit à mon bonheur, mais voilà cela fait aussi partie du style désiré par OZLOMOTH. Gageons qu'en live nos amis Toulousains puissent obtenir un meilleur rendu que sur CD, je leur souhaite. Laurent (10/07)

NEMESIS AETERNA : "Mindisorder" (auto-prod) www.myspace.com/nemesisaeterna
NEMESIS AETERNA est un nom qui sonne bien black, vous ne trouvez pas ? Surtout lorsqu’on voit que les membres se font appeler par des noms tel que Regius ou encore Tros d’Animal. Je m’attendais même à une sorte de true black métal, et l’intro du premier titre n’est pas pour me contredire. En effet, elle est constituée d’une mélodie limite acoustique sur fond de vent et d’orage mais fait rapidement place à quelque chose de plus incisif. Me serais-je trompée ? Apparemment, puisque c’est une influence death bien marquée que j’entends là !! Et c’est ce mélange death/black qui va faire le style d’ensemble de l’album. On est loin du true black métal voire du black tout court, sans pour autant se retrouver dans du brutal death. Ils ont gardé du black les mélodies et les ambiances pesantes, et ont emprunté au death le côté incisif, profond ainsi que la technicité des quelques soli présents. Côté instrumental, le chanteur alterne entre une voix bien death et une autre plus black, les guitares sont puissantes, la basse présente quand il le faut et la batterie diversifiée. Les compositions de ce groupe espagnol, qui n’est plus tout jeune (1998), sont efficaces mais en pinaillant un peu, manquent quand même d’un peu d’originalité et de diversité. Ils ont tout de même pu jouer avec des groupes aussi connus que KRONOS, CRYPTOPSY, BLOODY SIGN ou PUNGENT STENCH. Comme quoi, ne jamais se fier aux apparences ni se contenter des premières impressions. Makkura (10/07)

OTARGOS : "Kinetic zero" (Rupture Music) www.myspace.com/rupturemusic
Encore du black métal ! Y a pas à dire mais en ce moment, je suis servie. Mais passons, l'aspect mélodique de ce que je chronique en ce moment, n'y est pas, et c'est déjà ça. OTARGOS est un groupe français (Bordeaux) né en 2002 et malgré leur relative jeunesse, ils ont déjà sorti deux démo (rééditées l'année dernière par Ruptur sous le nom de Spawn from the abyss) et un album. Si le premier (Ten-Eyed Nemesis) a fait l'unanimité des amateurs de bon gros black furieux, le deuxième a été accueilli de façon bien plus mitigé. En effet, OTARGOS nous sert là un black métal efficace et brutal. Les musiciens maîtrisent ce qu'ils font, le tout est bien fait et carré mais (parce qu'il y a souvent un mais dans ces cas là), c'est sans grande originalité. J'avoue qu'à l'écoute de cet album, mon attention a souvent été détournée sur autre chose. Et petit détail, le son de la caisse claire m'a fortement dérangée. Elle est largement trop en avant au point qu'elle me sautait un peu trop aux oreilles. C'est donc un album, sans forcément être incontournable qui doit se laisser écouter. Avis aux amateurs de black... Makkura (06/07)

NEOPLASIA : "Gracias al odio" (auto-prod)
Houlà, voilà du bon gros Brutal qui envoie bien la sauce ! Et quand c’est des Sud américain qui le font, en l’occurrence ici des argentins, ils font pas semblant, ils savent de quoi ils causent en matière de brutalité. « Gracias al Odio » est le second album de Neoplasia, et se situe dans un registre Brutal Death, ou l’on peut retrouver diverses influences : même si pour moi la teneur principale de l’album est plutôt d’obédience américaine (on pense à Gorgasm ou Broken Hope par exemple, mais aussi beaucoup aux japonais de Defiled), il serait bien trop réducteur de s’arrêter à ce constat tant la richesse de cette galette est grande. On retrouve en effet un coté très aéré sur certaines parties, faisant la part belle à des ambiances malsaines, très « evil », avec une voix black, et d’autres parties très techniques et old school à la Atheist par exemple. Ces différents types de plans combinés me font beaucoup penser à Bëlef pour le coté brutal, evil et technique. Mais ça ne s’arrête pas là, et en bons sud américains qu’ils sont, ils développent évidemment un petit coté gore pas déplaisant. La production n’est pas mauvaise, et on entend bien ce que jouent nos quatre lascars (un vokalist, un bassiste qui fait des backing–mention spécial d’ailleurs pour le niveau du monsieur-, un gratteux et un batteur), même si à mon avis le son manque un peu de profondeur et de puissance. Avec tout ça, on pourrait se demander s’il existe une réelle cohésion dans la musique de Neoplasia… Et bien oui, sans aucun doute, même s’il est vrai que leur démarche ne s’arrête pas à du Brutal Death pur et dur, c’est quand même la brutalité et la technique qui prennent le pas et qui donnent le plus grand intérêt à ce skeud. Pas forcément facile d’accès au premier abord, ce « Gracias al Odio » se révèle être un excellent album pour tous les fans de musique relativement complexe. Pas un album de branleurs quoi !!!! Trash (06/07)

NECROTORTURE : "Blood feast" (Brutal Bands Records) www.necrotorture.com
Blood Feast est le titre du dernier MCD de Necrotorture sorti en 2006 et balance un peu partout à travers le monde. Bon la pochette est hyper cliché et d’ailleurs assez moche à mon avis mais il ne faut surtout pas s’arrêter la. Evidemment tant qu’à faire cliché, on le fait jusqu’au bout et on trouve les éternels samples de film gore en guise d’intro des morceaux mais encore une fois, il ne faut pas s’arrêter la. La musique vaut vraiment le détour, un excellent death/grind ultra efficace et sans compromis. Ca blaste du début à la fin sur des riffs bien accrocheurs. Le chant est excellent et ajoute une grosse dose de patate. Certes il n’y a rien de nouveau dans ce MCD, ce n’est pas original mais quand c’est bien exécuté et surtout bien agréable, je ne vois pas pourquoi on devrait s’en priver ! Guyom (06/07)

NECROSIS : "Human decline" (auto-prod) www.myspace.com/necrosisband
Necrosis est un jeune groupe issue de la scène trés active du Pays Basque. Jeune par l’âge de ses membres ( entre 18 et 21 ans) le groupe l’est aussi par son année de formation : 2004. Ils jouent un black metal pas super original mais teinté d’influences death et heavy qui rendent leur musique moins monotone. Même s’ils ne font pas preuve d’une grande originalité, ils maîtrisent bien leurs instruments et sont servis par un son propre. Le cd est composé de 4 titres aux riffs typiquement black, un jeu de batterie carré et un chant varié (voix claire, black et parfois un peu de gutture). Dommage que les titres s’étirent un peu en longueur d’où parfois un certain ennuis qui s’installe. En gros Necrosis est un groupe qui possède un potentiel intéressant mais qui peut déjà s’appuyer sur une certaine expérience (c’est leur 2ème démo et ont déjà partagé une scène avec des groupes tels que Genital grinder, Killers, Gojira, Black bombA ou encore Infest). Bonne route à eux. Hopkins (06/07)

MUTILATED SOUL : "Decomposition" (auto-prod) www.mutilatedsoul.com
Il est vrai qu’on n’a pas trop de news venant d’Italie au niveau Death Metal ! Et bien voilà venu justement un groupe de Sardaigne, qui propose là son 1er E.p. disponible sur leur website depuis mars 2006.étant en Mai 2007, je me demande ce qu’ils ont foutu depuis ce temps, m’enfin bon… Ce « Decomposition», parlons en un peu : 6 titres dont 2 tirés de leur 1er « cd promo » (2005), tirant l’inspiration dans un Death Metal des plus brutal et basique qui soit. Si je dis « basique », c’est tout simplement dans le fait de donner dans un style maintes et maintes fois proposé par d’autres formations, bonnes ou mauvaises d’ailleurs ! Ce jeune groupe Italien s’est formé en 2003 dans le but avoué de taper fort en proposant un death tamponné « U.S. style ». On y retrouve dans cet E.p tout ce qui fait la patte d’un Suffocation, voire d’un Immolation de tant à autre ou d’un Cannibal Corpse et j’en passe et des meilleurs ! Une technique musicale redoutable (surtout si on veut être à la hauteur des groupes suscités) est demandée, et ma fois, ils y arrivent assez facilement je dois dire ! Ca blast à tout va, les guitares s’en sortent plutôt bien tant en rythmique qu’en solo et la voix très profonde restitue bien la marque de fabrique musicale que veut se donner le groupe, même si des petites variantes ne feraient pas de mal. Une alternance de rythmes mi-tempo sur blast beat, de riffs lourds sur une rasade de double grosse caisse, d’ambiance sulfurée et maléfique. Une très bonne restitution de ce que doit être du Brutal Death Metal ! Maintenant, à savoir si le groupe propose quelque chose de nouveau, de fraîcheur dans un cercle métal saturé par de trop nombreuses sorties et où l’on est (malheureusement pour les groupes) obligé de trier pour en sortir la moelle novatrice, je dirais que ce n’est pas avec « Decomposition » que cela arrivera ! Maintenant, cela ne veut pas dire non plus qu’ils n’y arriveront pas un jour, le tout devant se bonifier avec le temps (comme le vin) afin de pouvoir y ajouter sa « patte personnelle ». Ils savent déjà y faire avec du bon Death, et ce n’est pas si mal pour un début ! A écouter pour les néophytes qui veulent découvrir de la bonne musique quand même ! Totaldeath (06/07)

MISERY DHOPE : "Mechanical Decay" (auto-prod) www.myspace.com/miserydhope
Voici donc MISERY DHOPE, jeune groupe marseillais, qui officie dans un registre metal-core conventionnel. On retrouve donc pas mal de cliché du genre, et le tout manque cruellement d’originalité. C’est le problème majeur de ce type d’enregistrements, qui n’apportent rien à une scène déjà saturée. Alors c’est vrai que les compos sont bien exécutées, c’est en place, la prod surpasse nombre de démos, et donne un réel impact à la musique de MISERY DHOPE. Mais ce qui me chagrine, c’est que le tout n’est selon moi pas assez rentre dedans pour réellement faire prendre la sauce. La qualité générale est bonne, et comme je l’ai déjà dis, les 5 zicos (Chant, Guitare, Basse et Batterie) ne sont pas mauvais du tout, au contraire, en particulier le chanteur, mais pour le reste, je ne suis pas convaincu, et certain passage agrémentés de samples me plongent même dans un désarroi total… Bref, bilan mitigé pour cette démo 5 titres, bon son, bon zicos, mais musique trop plate, molle et trop peu originale pour se démarquer de l’énorme masse du genre… Trash (06/07)

MIDWINTER : "The glassy waters" (Manitou Music) www.thundering-records.com
MIDWINTER ou le mélange des styles ! Mais commençons par le commencement. "The Glassy Waters" est le second album d'un groupe français né en 2000. Et comme je le disais, ils aiment à mélanger les styles. On y trouve de grosses touches heavy et speed, une ambiance parfois goth ainsi que des touches rock sur certains passages. Et si on aime ce genre, c'est ma foi fort bien fait et fort bien exécuté. Dans l'ensemble, les titres se suivent mais ne se ressemblent guère : intro et outro plutôt atmosphérique, The Silence Of Your Eyes plus speed, Illusion (d'inspiration After Forever sans aucun doute !) plus axé goth, One Day You'll see (...) lente et largement mélodique... On y trouve donc pas mal d'ambiances et chose indispensable dans ce genre de musique, ils ont beaucoup de bonnes idées au niveau mélodique. Question instrumentale, on peut regretter une batterie relativement pauvre et un son de guitare trop synthétique. Quand à la chanteuse (voix claire), elle possède une bonne technique de base et a une large tessiture mais manque cruellement de puissance, principalement dans les aigus. Résultat, le tout devient fragile, et le rendu final s'en ressent. C'est de la puissance en moins ! Mais rassurez-vous, ce n'est pas catastrophique non plus ! MIDWINTER reste donc un bon groupe qui ne peut qu'évoluer dans le bon sens du terme.
Makkura (06/07)

NOSTRADAMUS0014 : "System oversize crashed" (Peel Prod.) www.nostradamus0014.com
Dure tache qu’est la mienne que de chroniquer ces 3 titres des Français de Nostradamus0014 !! Il s’agit de 3 titres apparaissant sur le split cd avec Neck (New York). Le groupe joue une sorte de hardcore avec des passages expérimentaux. C’est pas mal foutu, la prod est excellente, normal, ils ont su s’entourer de personnes reconnues telles que Kurt Ballou (Converge) et Fred Kevorkian (The whites stripes, Iggy Pop…). C’est puissant , très recherché mais Dieu que c’est compliqué pour moi !! Le groupe a un esprit très créatif et ça s’entend mais pour moi c’est trop trop barré. A suivre cependant… Hopkins (04/07)

NEXT ON THE LIST : "Same" (auto-prod) www.myspace.com/notlgrind
Next On The List nous offre ici une démo de fort bon aloi ma bonne dame !! Composé de membres d'Infestation, Line Of Sight, et de l'ex batteur de Zubrowska, le combo français nous délivre 7 titres d’un grindcore puissant et matiné d'une bonne influence death metal. Ici, on privilégie le old school, avec des morceaux bien exécutés, efficaces et pêchus. Techniquement, on sent un potentiel certain, tant au niveau de la batterie que des guitares, mais les gaillards ne sont pas là pour faire de la démonstration outrancière : ça joue, c'est sûr, mais c'est pas pour autant qu'ils en profitent pour se la péter ! Pour preuve, nombres de plans simples dans une typique veine old school grindcore; on pense à Terrorizer, c'est sûr, mais aussi à Rotten Sound et à des groupes comme Cataract ou All Shall Perish, le côté hardcore délaissé au profit de passages plus death ! Les voix sont d'ailleurs plutôt death (middles et gutturales) que hurlées, et les deux chants, car en plus du chanteur le batteur braille aussi, se complètent bien. Le son est franchement bon, bien équilibré, on sent qu'il y a eu du boulot de ce coté la aussi, on comprend bien tout ce qui se passe, les riff de grattes, la basse, la batterie, tout fait corps, et ajoutent une bonne dynamique à un ensemble déjà fort cohérent. Bref, une bonne démo que celle-ci, et il y a fort à parier que si les gaillards envoient le gaz comme ça sur scène, ils vont en convaincre plus d'un. Ce n'est pas le groupe le plus novateur du moment, mais ils font bien ce qu'ils font et c'est bien suffisant ! Trash (04/07)

MOHIM : "Same" (auto-prod) www.mohim.net
Les crêtes sont de rigueurs ! MOHIM, avec son mélange punk/thrash arrive dans vos chaumières. Et si vous avez besoin de quelque chose de violent, écoutez ces trois gaillards qui n’ont pas l’air de manquer d’énergie. Le CD que j’ai entre les mains est une bonne production avec boîtier et livret incluant les paroles. Ceux parmi vous qui aiment à savoir de quoi une titre peut bien parler seront servis (à moins de ne pas parler un mot d’anglais mais pour ça, je crois qu’il n’y a que moi). D’autre part, le son est de bonne facture même si la grosse caisse est trop en retrait à mon goût. Nous voici donc avec un CD de 4 titres d’une vingtaine de minutes environ et il est vrai qu’il dégage beaucoup d’énergie ; en particulier End it, le deuxième titre. Les guitares sont incisives, le chant agressif et la batterie colle bien au reste. Malheureusement, tout est desservi par une assez grande monotonie "riffmique". Il n’y a pas assez de changement de riffs dans un même titre selon moi, ce qui fait que l’intérêt se dissipe au fil du temps. C’est tout à fait ce qui se produit dans les titres Dropped in the pit et My Ennemy, le titre final. Cette dernière est différente des autres car plus acoustique et plus lente. Mais encore une fois, il n’y a pas assez de riffs différents pour la longueur de la chanson (plus de 7 minutes) et au bout d’un moment, l’ennui se fait sentir. Comme je l’ai déjà dit, ce point est vraiment dommage car ils ont de l’énergie à revendre. Donc sur support CD, la sauce ne prend pas... mais la présence d’un petit clip prouve qu’en concert, elle tourne tellement ça secoue. Makkura (04/07)

MIXOMATOSIS : "Recuento De Cadaveres" (Grindhed Records) www.myspace.com/mixomatosisgrind
Pas facile de donner un avis sur ce Recuento de cadavares des très prolifiques espagnols de Mixomatosis. Il s’agit en fait d’un enregistrement datant de 2003 et réédité chez Grindhed records sous forme de vinyl. Les 4 gaillards jouent un gore grind des plus basiques et ce n’est pas trop mon truc. Son simple et brut, voix gutturale et par moment aiguë des plus horripilantes, riffs simples et rythmes mid tempo la plupart du temps voici le programme. Le groupe qui officie depuis 1990 connaît la recette et possède un savoir-faire certain et nul doute qu’il doit posséder ses aficionados. Mais moi je n’y trouve pas mon compte tout au long des 18 titres qui, même s’ils ne durent qu’environ 2 minutes, m’ont parus pour le coup bien longs. Hopkins (04/07)

MAGISTRAL FLATULENCES / NELSON MONFORT ORCHESTRA : "Split CD" (Show Me Your Tits Records)
De nouveau le fameux label “show me your tits” avec une galette faite pour les oreilles endurcies. Un split regroupant 2 groupes français « bien de chez nous » comme dirait Maïté !! Commençons par Magistral Flatulences et son « be a good girl », dont la cover nous poussent à être une bonne fifille… Musicalement ne cherchez pas de paroles, y’en a pas. De même ne cherchez pas non plus de titres car nous avons affaire à un projet minimaliste pour un maximum de goregrind. Comme le précise l’intérieur de la cover, il n’y a qu’un maître à bord et c’est Omega-etron ! Un projet solo où le monsieur s’occupe de tout : la voix avec un max d’effets , comme de la musique et dont la boite à rythme nous fait parfois oublier que s’en est une. De bonnes idées vocalement par-ci par-là mélangées à des riffs simples mais efficaces et des passages de films pornos pour un maximum de blasts là où il faut, quand il faut !! Nous connaissons tous le Morissound Studio, maintenant il faudra faire avec le Maurice Sound labeI… Dommage que pour 9 titres la durée et quand même assez courte surtout que le son n’est pas mauvais du tout. Passons à Nelson Monfort Orchestra et son « asshole party » dont les 16 titres et leurs humours décalés plairont aux amateurs de son très roots, genre enregistrement minimaliste et saturé avec des titres comme « la pelote flasque », « melson moinfort » ou « plaisir nasal » entres autres pour vous mettre la puce (ou le morpion) à l’oreille. Le style se veut un mix de riff hxc/punk et des blasts le plus souvent, avec des vocaux criés et quelques « grui grui » (les habitués comprendront). Bref une musique faite pour les inconditionnels du genre, et pour Nelson Monfort (le journaleux) ? Un Split où 2 styles se côtoient pour le plaisir des amateurs de sons saturé, d’effet vocal et de blasts à tout rompre. Merci qui ? Merci « Show Me Your Tits » !
Totaldeath (04/07)

www.myspace.com/showmeyourtitsrecords

OTARGOS : "Spawn from the abyss" (Rupture Music) www.rupture-music.com
Cela fait déjà pas mal de temps que je n'écoute plus de black metal mais Otargos (Bordeaux) m'en a à nouveau donné l'occasion grâce à ce cd composés d'enregistrements passés. On distingue 2 parties: la première est un maxi, Codex 666-Infernal legions strike, et la seconde une démo, Conquerors, conquerors, destroyers. Musicalement parlant, il s'agit de black assez classique, brut, direct mais bien exécuté je dois dire. Le groupe alterne les passages mid tempo et ceux plus rapides. Pas d'intro pompeuse au clavier ou de voix féminine ici, mais juste du black basique avec tout ce qui va avec: maquillage, bracelets cloutés et titres parfois un peu clichés selon moi. Le groupe ne révolutionne en rien le style mais il peut s'appuyer sur un son de meilleure qualité (du moins sur la première partie) que bon nombre de groupes de black se disant "true" et grattant 2 accords derrière un gamin qui braille dans sa cave. Les compos sont ainsi mises en valeur, le groupe maîtrisant bien son sujet et l'on trouve même quelques solos fort bien joués. Je ne dirais pas que j'écouterai du black tous les jours mais les 8 titres d'Otargos passent bien et prouve bien qu'il ne suffit pas d'être scandinave pour jouer ce style de musique. Ces frenchy le prouvent et de belle manière je trouve. A noter que le cd comporte en bonus des photos et notamment 2 vidéos vraiment bien filmées. Hopkins (01/07)

OBSCENITY : "Where sinners bleed" (Armageddon Music) www.armageddonmusic.de / www.obscenity.de
Avec pas moins de 2 démos et 7 albums à leur actif, on ne peut pas dire qu'OBSCENITY en est à leur début. En effet, né en 1989, ce groupe allemand a de la bouteille et leur style death old school leur a permis de jouer avec des groupes tels que IMMORTAL, SIX FEET UNDER ou HYPOCRISY pour ne citer qu'eux. Leur musique est tellement bien accueillie qu'ils ont fait des festivals comme le No Mercy 2002 ou le Fuck The Commerce 2001. Mais malgré tous ces éloges, je ne peux m'empêcher de rester sceptique face à leur dernier album "Where Sinners Bleed". Pourtant, avec des riffs de guitare puissants, une batterie qui blaste à tout va et une bonne voix death qui vient d'outre tombe, les ingrédients sont là. La proportion entre le mélodique, le blast et les parties lentes et lourdes est bonne mais voilà, le manque d'originalité est un gros point noir : c'est du bon vieux death. Au fil des titres, les compos, servies par une voix monotone, sont linéaires et manquent totalement d'originalité. Alors cet album est efficace mais il m'ennuie. Reste qu'en concert, l’ambiance aidant, ce doit bien déboîter. Pour un petit aperçu, www.myspace.com/obscenity666 ! Makkura (01/07)

NEMESIS : "Darkness breeds eternity" (auto-prod) www.myspace.com/nemesis2metal
NEMESIS est un jeune groupe franc-comtois (Besançon, Dole) qui évolue dans un style black aux influences thrash et heavy. On ne trouve pas grand chose à leur propos sur Internet si ce n'est leur page myspace ce qui fait que leur biographie reste inconnue. Cette première démo contient 5 titres d'une production qui n'est pas si mal pour une démo. Le son est bon même si la batterie en mériterait un plus gros. Pour ce qui est des compos, le style est principalement black avec de grosses touches thrash et heavy et une bonne part de mélodies. A titre d'exemple, la 4ème compo me fait penser à du CHILDREN OF BODOM de part le son de la guitare et le riff très inspiré musique classique alors que c'est à METALLICA que je pense en écoutant la compo 5. Le tempo général est assez lent ce qui rend les riffs lourds et puissants (c'est de l'incitation au headbanging !). Finalement, il y a beaucoup de choses intéressantes dans cette démo et c'est un mélange qui se laisse écouter facilement. On en redemande mais avec davantage de gniac question son. Il serait aussi très intéressant de voir ce que tout ça donne en concert. Makkura (01/07)

MUMAKIL : "Customized warfare" (Overcomes Records) www.mumakil.ch
Amour, gloire et beauté, des mots qui font rêver. Les têtes ils font tourner, depuis l'éternité. C'est comme la liberté, on voit en vérité, sinon faut y gagner... Amour, gloire et beauté..." Ah merde, non rien à voir avec du Jean renard héhé. Avec Mumakil pas d'histoire à l'eau de roses avec un certain Nick amoureux de Jenifer qui veux jeter Stéphanie en prison :) Que diable, me serait-je trompé de cd ? Que néni, c'est juste qu'avec un album Grind aussi pertinent je ne souhaite que du bon à Mumakil. Y a pas, ils font très forts nos amis Suisses avec cet album "Customized warfare" qui regorge en lui une telle brutalité idyllique et synonyme pour bon nombre d'entre nous de très bons moments auditifs et également scéniques, car oui en plus d'être des magiciens artistiques, Mumakil est aussi et avant tout un putain de bon groupe live !! 32 titres sans aucun compromis, une base rythmique sans faille, un chant de pourceau à souhait, rien à redire si ce n'est d'admirer et de subjuguer entièrement à l'écoute de cette oeuvre musicale. Mes félicitations et un gros merci pour ce moment plus qu'agréable à l'écoute de ses notes finement additionnées les unes aux autres. Impressionnant, tout ceci me laisse bouche bée et escourdes dilatées !!! Laurent (01/07)

MAGISTRAL FLATULENCES : "Mini size maxi pleasures" (Show Me Your Tits Records)
Amis de la poésie bonsoir !! Tu aimes le porno grind qui tache, les morceaux de 20 secondes, les beuglements digne d'un sanglier, les compos lourdes et malsaines, d'autres bien plus rapide pour t'en mettre plein les feuilles, ne cherche pas plus loin, avec MAGISTRAL FLATULENCES tu va être comblé. Dans le genre grind bien gras, là MAGISTRAL FLATULENCES n'a pas à rougir de ses confrères d'armes tel que Regurgitate, à qui d'ailleurs le one-men-band rend hommage par le biais d'une reprise. A souligner le format très judicieux du Cd, un peu comme un emballage pour capotes, mais plus pour des taureaux que pour soit en fait :) Un réel délice donc que ce mini CD que je ne peux que conseiller aux amateurs de brutalité. Laurent (01/07)
www.myspace.com/magistralflatulences

NEVERLIGHT HORIZON : "Dehumanized" (auto-prod) www.nlh.be.tf
NEVERLIGHT HORIZON est un groupe belge fondé en 1999. Après 2 démos dont une sortie sous le label Deadsun, les revoilà avec leur premier album composé de 8 titres de brutal death auxquels s’ajoute une intro. La prod est vraiment bonne et le son a vraiment de la patate ! Je n’avais jamais entendu parler de cette formation et j’en suis assez surpris car c’est vraiment bien ! Les morceaux sont très variés et les gaillards sont vraiment bons à leur poste respectif. Très bons passages blastés accompagnés de riffs bien incisifs : j’ai vraiment passé un bon moment à écouter ce skeud. Un petit regret quand même : je trouve le chant un peu trop linéaire, pas assez varié mais c’est un détail. Ce groupe est une très bonne découverte, alors amateurs de brutal death, foncez !! Guyom (10/06)

MANSLAUGHTER : "Constriction" (auto-prod) www.manslaughter.montaf.com
Quatuor du nord faisant dans le death, mais alors un death très lourd et pesant qui ma foi n’est pas pour déplaire, les influences restent prononcées US et UK, la voix quant à elle sonne parfois black, mais largement plus death tout de même, de plus les parties en français qui agrémentent les lyrics sont vraiment bien cool, mais cependant la longueur des morceaux devient pesante à force, mais je reste curieux de voir le groupe en concert !Ceci dit il y a du très bon dans MANSLAUGHTER donc affaire à suivre… Sam (10/06)

 

NAILHEAD / SWORN : "Split CD" (auto-prod) www.nailhead.fr
Décidemment en ce moment, les groupes de metal/hardcore sont en pleine émergence. Après la claque que je me suis tapé avec INHATRED et son "10 Seconds Before Sunrise", il me tardait de jeter une oreille sur ce split CD réunissant deux groupes français de metal/harcore assez peu connus : NAILHEAD et SWORN. Tout deux autoproduits et officiant dans le même registre musical, ce split fût pour moi encore une occasion de connaître un peu plus ce mélange si singulier qu’est le métal et le hardcore. Et c’est NAILHEAD qui ouvre les hostilités sous les riffs tranchants de "Release My Mind". Musicalement on sent qu’il y a beaucoup de hardcore là-dessous notamment à cause de l’énergie et la voix déployée par le chanteur. Pour être clair on va dire que ça bourrine sévère sans être totalement brutal, bien que certaines accélérations comme sur "Usefull Lies" viennent relever le tableau extrême de NAILHEAD. Au final on passe un bon moment sur la partie du split des rennais et c’est encore une assez jolie surprise. On passe maintenant à SWORN qui lui va plutôt me décevoir comparé à NAILHEAD. Personnellement moi je n’aime pas les breaks, les ralentissements et tout ce genre de trucs dans la musique, donc forcément SWORN est moi, on allait pas s’entendre. Pourtant ça partait plutôt bien, avec le premier morceau "Live To Suffer" démarrant sur les chapeaux de roues avec sa batterie ardente et sa voix aigües et déjantée propre au hardcore. Mais au fil de ces quatre titres présentés par SWORN, on commence vraiment à s’ennuyer. Quelques voix vraiment gutturales, voir brutal death metal viendront pourtant éclairer le tableau, mais ça ne changera rien au bloc de glace que peut représenter la musique de SWORN. A l’instar de INHATRED, SWORN ça part dans tout les sens, mais le seul problème c’est que c’est pas très bien fait, donc au final c’est le bide total. Bref, l’achat de split comblera les fans de metal/hardcore mais ne réussit pas à se faire vendre auprès des plus pinailleurs du genre.
Gorr (06/06)

MISGIVINGS : "Masquerading as god" (auto-prod) www.misgivings.org
Tu aimes le death métal du début des années 90 du genre UNLEASHED, MESSIAH et DEICIDE pour le coté bœuf ? Et bien parfait ce mini CD est pour toi ! Comme tu l'auras saisi, MISGIVINGS vacille entre le death dit "traditionnel" et bien brutal sur certains passages qui se veulent rentre dedans et très accrocheurs rythmiquement. Le chant guttural établi au côté des grattes une sorte de mémorandum aux grandes années du death métal et la batterie quant à elle dégage une énergie indéniable. Le premier morceau "Masquerading as god" en est la preuve, une pure merveille pour les nostalgiques comme moi... Après, il est vrai qu'avec uniquement trois morceaux présents sur cette galette, ce moment d'allégresse passe bien vite, bien que MISGIVINGS ait rajouté en bonus un titre live sympathique, permettant ainsi de se faire une petite idée de la déferlante musicale que peux dégager le groupe en concert. Une très bonne surprise que je conseille donc vivement et crois moi pour une deuxième démo, on s'aperçoit vite que l'avenir du groupe devrait se révéler prometteur. Espérons donc que MISGIVINGS poursuive sa quête du death métal. Laurent (06/06)

MELMOTH : "Extention Memories" (auto-pod) http://melmoth.tunizik.com
En voilà une chose rare : une groupe de metal tunisien. Personnellement c’est la première fois qu’on me donne l’occasion d’en écouter un, et pas de chance, c’est encore du black/death qui me tombe dessus ! Et quel black/death ! Bon dieu, voilà vraiment le genre de musique que je déteste entendre. Un black metal teinté de death et complexé par des breaks et ralentissement sonores immondes. Torturé et tourmenté, voilà bien ce qu’on ne peut pas apprécier à travers de la bonne musique extrême. Qu’est-ce qu’on écoute en fait ? Bah des guitares fofolles allant du très rapide au très lent, une batterie tout à fait risible, des riffs à la Super Mario Bros, et un chant alternant aigüe et grave, autant ridicule dans l’un que dans l’autre. MELMOTH, vous l’aurez compris, c’est pas bien méchant mais très très chiant ! Les tunisiens se permettent même ne nous imposer 47 minutes de leur musique, quel culot ! Si vous ne voyez pas encore ce que je veux dire, je vais faire clair : le trou noir total. On s’ennuie à mourir et on a vraiment envie de crever. Des touches symphoniques immondes, des guitares plastronnant des riffs ultra mélodiques et même harmonieux par moment… On passe de l’un à l’autre, du très mauvais à l’ultra risible, à tel point que je n’ai pas pu ingurgiter l’album d’un seul coup, mais par trois fois en deux jours et dieu sait que ça a été dur ! Je ne vois d’ailleurs quiconque avoir l’idée d’acheter cet album, et si vous voulez, je vous donne le promo bien volontier ! Gorr (06/06)

OBDURATED : "Living in Failure"(auto-pod) www.obdurated.com
La scène death regorge tellement de nombreux sous-genres, qu’il serait dommage de faire l’impasse sur certains, même le plus mélodique. Ba ouais bordel y a pas que le brutal death/gore/grind dans la vie ! Le mélodeath c’est sympa aussi, surtout quand le groupe s’appelle OBDURATED et qu’il est à coup sûr l’avenir de ce style en France au même titre qu’un autre dénommé YORBLIND. S’il est évident que le groupe d’Amiens ne révolutionne pas le style il pratique sa musique avec conviction et y a pas à dire c’est terrible. Le groupe est bien en place et le son est très bon pour une auto prod. Je dirais juste que la voix est passée un peu à la trappe au mixage. En effet elle est un peu en retrait par rapport aux instruments mais pour un premier jet c’est plutôt bien. Alors comme je vous le disais plus haut, OBDURATED évolue dans un mélodeath typé scandinave avec comme influences DARK TRANQUILLITY, AT THE GATES… Les guitares sont particulièrement affûtées et le gros son est de rigueur. En alternant des parties brutes de décoffrage et d’autres plus mélodiques, les amiénois évitent la monotonie. Cependant certains plans ont un petit goût de déjà entendu qui peut se révéler déplaisant. Sinon dans l’ensemble le groupe reste dans un mid-tempo qui sied bien aux parties les plus heavy. Le point un peu négatif est donc la voix, légèrement sous mixée. C’est dommage car elle rappelle parfois Michael Stanne, hurleur chez DT. Autant dire qu’elle aurait mérité d’être mise en valeur. Espérons que pour le prochain album ils en tiendront compte.
Finalement les huit titres du skeud sont bons et même s’il y a sur ce premier album quelques petits trucs à modifier il constitue une bonne carte de visite pour démarcher les labels. Je ne donne pas long pour que OBDURATED se retrouve sur un label qui saura les guider vers d’autres sphères… Yann (04/06)

NEGLIGENT COLLATERAL COLLAPSE : "Sick Atoms" (Obscene Productions) www.obscene.cz / www.ncc.wz.cz
N.C.C revient après un "Paranormal Nanodivision" qui m'avait laissé un peu sur ma faim ! Du goregrind bien gluant et malsain sorti de la cavité cérébrale de 4 mecs assoiffés par un désir de brutalité omniprésent ! "Sick Atoms" remet le couvercle pour un troisième album, et il faut dire que ce que nous retrouvons dans notre assiette, c'est vraiment du réchauffé ! Car effectivement, N.C.C n'a pas vraiment gagné en originalité ici. Leur goregrind reste statique et mid-tempos tout au long de l'album et ne bouge pas d'un poil. Le seul gros plus de l'album restera la voix de Paul, qui excelle dans un registre "Pig and Frog" des plus excellent ! Mais au fil des minutes, l'album devient lassant. Ca ne blast pas assez, ça ne bouge pas d'un petit millimètre et bon dieu que c'est rageant ! Pourtant, les riffs sont plutôt bien fichus et la basse maîtrise aisément son registre d'apesanteur, mais "Sick Atoms" reste vraiment un album de goregrind très soporifique et assommant ! S'ajoute à ça, une très nette influence GUT, qui n'est pas si bien cachée et utilisée que cela, et ferait presque honte au célèbre groupe allemand ! Peut-être suis-je un peu trop sévère, mais ils m'ont vraiment foutu la rage sur ce coup là, les petits gars, j'étais pas habitué à ça ! Il est donc clair que le groupe a mal joué sur ce coup là, car ni évolution et ni maturation ne sont présentes pour les tchèques ! On est très loin du chef d’œuvre "R.S.D.E", très très loin... Un album qui fait vraiment figure de réchauffé ! Gorr (04/06)

NOVEMBERS FALL : "Mythaeon" (auto-prod) www.novembersfall.com
Voilà le genre de Cd qui me sera peu commode à définir réellement : une pointe de death mélodique, thrash, black métal et le tout avec une pointe d'expérimental... Joli programme n'est ce pas ? NOVEMBERS FALL nous promène donc dans son propre monde où la mixité musicale règne en toute liberté et je dois avouer que le résultat est plutôt déroutant. A l'écoute du skeud, façonné de trois morceaux aussi avertis l'un que l'autre, ce qui surprend le plus c'est sans doute le chant clair sur le premier titre quasi omnis présent et pas vraiment des plus agréable... Outre ceci, le groupe s'amuse réellement à incérer différentes mélodies avec des ambiances transpirant la sérénité et un côté plus agressif pour accentuer le tout. Un Cd que je conseille donc aux plus ouverts d'entre vous, et aux plus curieux si vous prenez la peine de vous rendre sur leur site où cet opus est en libre téléchargement. Laurent (02/06)

NERLICH/DECOHERENCE/GORGASM : "Embalmed madness" (Nihilistic Holocaust) www.nihilistic.ca.tc
Nihilistic Holocaust nous offre avec ce split un putain de disque pour bien commencer l’année. En effet ce 3-way met en valeur trois formations de brutal-death vraiment excellentes : NERLICH (Finlande), DECOHERENCE (France) et GORGASM (France). Une nouvelle fois, voici la preuve que l’underground regorge de nombreux combos talentueux. NERLICH évolue dans un death technique sans tomber toutefois dans la démonstration. Le groupe propose des riffs efficaces soutenus par la basse bien présente. Le bassiste nous sort même quelques belles parties finement exécutées. Au niveau des tempos, ça varie plutôt bien : blast-beats, mid-tempos, parties plus rapides… Les solos de gratte donnent un aspect plus mélodique aux morceaux, ce qui n’est pas déplaisant. Je vous dirais donc que pour moi NERLICH est la découverte brutal-death de ce début d’année. Passons à DECOHERENCE qui comme son homologue finlandais ne fait pas dans la dentelle, à la différence certains riffs ont un accent hardcore plus prononcé. Là aussi le style est efficace et les trois morceaux présents défilent sans que l’on puisse voir le temps passer. Dernier combo à l’honneur, GORGASM, qui nous vient tout droit de Gironde. Ceux d’entre-vous qui s’intéressent un peu à l’underground ont sûrement entendu ce nom. Eh bien encore une fois ça joue dur et ça joue bien. La basse et la batterie se complètent à merveille et insufflent un putain de groove aux morceaux. Seulement quatre titres, mais lesquels ! Pour combler ce split de bonne manière, vous pourrez constater que le son est plus que correct et satisfait pleinement l’écoute de la galette. Alors un conseil, si vous aimez le bon brutal-death passez directement commande. Yann (02/06)

MURHMUR : "Démo" (auto-prod) www.murhmur-horde.be
MURHMUR combo formé en 2001, nous vient tout droit de Belgique. D’entrée, on sent que le groupe n’est pas là pour plaisanter. MURHMUR propose un metal résolument moderne qui mélange death, black, heavy et thrash. Les six morceaux naviguent entre ces différents styles et on peut dire que c’est vraiment efficace. Tout est carré, chaque instrument est à sa place et contribue parfaitement à l’alchimie des compos. Les deux gratteux (J-F et Lio) nous pondent des riffs black/death tantôt lourds, tantôt plus rapides, ainsi que des solos vraiment terribles. Des morceaux, il se dégage un putain de groove et on en vient rapidement à secouer la tête. Seul bémol, le son qui est un peu "étouffé" à mon goût. Mais bon du moment que les compos sont de qualité on ne va pas se plaindre. Si la musique est bonne, MURHMUR accorde une place toute particulière au chant. Trop souvent délaissé, il est ici partie intégrante de la qualité intrinsèque des morceaux. Parfois il est en français et est plutôt convaincant. Au niveau des paroles on pourrait comparer le groupe belge à LOFOFORA et les textes si caractéristiques de son chanteur, Reuno. Ici on prône le "rire pour ne pas pleurer" ainsi que l’autodérision. Ecoutez aussi le dernier titre de la démo et vous verrez que ces cinq belges ont de l’énergie à revendre. En tous cas voici une démo qui donne la pêche. On espère qu’elle ouvrira des portes à MURHMUR et qu’ils donneront suite à ces six titres. A suivre… Yann (02/06)

MELISEND : "Demo 2005" (auto-prod) www.melisend.com
Ce qu'il y a de bien dans le métal c'est qu'on y retrouve pas mal de styles tels que le brutal death, le death old-school, le grind, le gore grind, etc... et aussi... le doom. Eh oui, MELISEND fait du doom. Bah il en faut, pourquoi pas ? Seulement par ici, c'est pas vraiment la zique qu'on écoute nous autre, donc déjà à la base un à priori est bien présent. Surtout qu'outre que par le fait c'est pas vraiment rapide, les compos ne m'ont pas emballées plus que ça, entre les effets de grattes et le chant mi black-death, ça n'aide pas beaucoup tout ceci il faut dire. Seul le titre "Death to life" s'en sort pas mal, même si comme je le regrette, le morceau perd vite de sa vivacité, à vouloir absolument produire une musique lourde et une ambiance pesante, je dois l'avouer, je décroche vite dans ces conditions... Un album donc à conseiller uniquement aux adeptes du style, personnellement sept titres, c'est bien trop pour moi. Laurent (02/06)

MATER MONSTIFERA : "Zrozen z hrichu" (I.F.A. Records) www.matermonstifera.pc.cz / www.ifarecords.cz
Nouvelle production du label IFA Records (Rep. Tchèque) qui semble ne pas chaumer au vu du nombre de CD reçus. Cette fois, il s’agit de MATER MONSTIFERA, groupe de République Tchèque également, qui officie selon leur biographie dans le black metal atmosphérique. Quelques mots sur le packaging : CD dans une pochette en plastique avec livret et verso poinçonné… je ne suis pas sur que cela soit le meilleur moyen de se promouvoir mais chacun fait ce qu’il veut. Concernant le graphisme de la pochette, je le trouve assez banal, rien d’innovant. Vous trouverez l’intégralité des textes dans le livret. "Zrozen z hrichu" est le premier album du groupe qui existe depuis 2000 et qui a sorti une démo en 2000 et un MCD en 2002 déjà sous le même label. Ce dernier opus est constitué de 10 titres (dont un bonus) pour une durée de 41 minutes. Ne connaissant que très peu ce style, cet album me semble bien équilibré et basé sur une production assez solide. Il y a vraiment de très bons passages et quelques riffs qui sortent du lot ce qui me fait dire que cela devrait satisfaire les amateurs du genre. A noter que la batterie est programmée, mais le son de celle-ci est assez cohérent donc cela ne dénature rien à mon goût. Guyom (02/06)

OPPRESSION : "Dawn of domination" (auto-prod) http://oppressionsurleweb.free.fr
Bien intéressante cette petite démo !! OPPRESSION est un groupe de death metal un peu à part dans le sens où on sent une forte influence de Slayer, et je ne pense pas me tromper ! Imaginez Slayer (période "Hell await") qui jouerait du death et non du thrash ! C'est plein de bonnes idées, et tous les duels de solo de guitare surpuissants me rappellent les héros de mon adolescence (Hanneman et King) et c'est ce qui est bon !! Mais OPPRESSION n'est pas qu'une pâle copie des Américains, le groupe a aussi son identité, sa personnalité et ses idées, et je n'ai pas eu besoin de me forcer pour écouter les cinq titres proposés dans cette démo ! A encourager !! Fabrice (12/05)

OFFENDING : "Offending" (demo) vincentroubiere@aol.com
OFFENDING, groupe de Chevanceaux (... quelque part en France...) fait du bien bon Brutal Death sans compromis. Cette démo 4 titres est vraiment pas mal du tout, ca blaste du début à la fin. Le son n’est pas mal du tout, il est un peu sourd à mon goût mais cela ne dénature en rien la qualité musicale. Grande diversité des riffs cadencés par une batterie ultra éfficace et bourrée de précision. La voix, quant à elle, m’a tout de suite fait penser à Benton ; voix assez linéaire mais bien éfficace. Les morceaux sont agrémentés de soli relativement courts (point trop n’en faut) qui ne cassent pas du tout l’atmosphère crée par les morceaux. Ce skeud est vraiment une très bonne surprise, j’attends l’album avec impatience !! Bon courage à eux pour la suite des évènements. Guyom (12/05)

OESTRE : "Biotope" (demo) http://oestre.free.fr
OESTRE est un combo nous venant de Limoges qui fait du Metal Hardcore Indus. Du quoi ?? hein ?? oui j’ai eu la même réaction... Déjà le mot Hardcore m’a fait un peu peur mais affilié de surcroît au mot Indus... Après m'être remis de mes émotions, j’ai placé le skeud dans la platine et là... Gros son et bonne surprise ! Evidemment il y a des passages que j’aime moins voire pas du tout mais il faut admettre que le tout est rondement bien ficelé et que les musiciens font très bien leur job. Ce CD 6 titres avec une outro est assez varié, pas du tout linéaire et bénéficie d’une bonne prod (les mecs ont gagné un concours qui leur a permis d’enregistrer gratos apparemment). Ils cherchent des concerts comme tout le monde ok mais je conseille fortement de les programmer car à l’écoute du skeud, on a envie de les voir sur scène. Guyom (12/05)

MIKSHA : "Collect your hazardous waste" (Anticulture records) www.miksha.net / http://anticulture.co.uk
MIKSHA est un groupe originaire de Norvège, et non il ne joue pas de black-metal bien que sa musique soit assez sombre. Le style du groupe est plus tourné vers l'indus, mais du brutal. Car dès le premier titre, "Locomotive", MIKSHA nous démate la tronche à coups de beats techno et de grattes incisives. Donc si pour vous l'indus c'est RAMMSTEIN vous pouvez aller vous rhabiller. Ici on lorgne plus vers MESHUGGAH (pour certaines rythmiques syncopées), ou MNEMIC (pour le son de grattes). Les compos sont heavy et des samples font leur apparition pour plomber l'ambiance déjà froide. Pour nuancer leur musique, les deux vocalistes (qui tiennent respectivement la six cordes et la basse) alternent voix claires/hurlées avec quand même une prédominance de cette dernière. Je vous assure qu'après l'écoute des douze titres ont ne sort pas indemne car la débauche d'énergie est impressionnante. Le seul défaut que l'on pourrait reprocher au combo est la longueur des morceaux, ce qui devient lourd au bout d'un moment. Vous qui venez lire nos chroniques chez Bestial Experience, posez une oreille sur cet album qui est parfois plus brutal que certains groupes de death. Yann (12/05)

MAGISTRAL FLATULENCES : "Le grindcore c'est comme le sperm : ça sort des couilles" (Show Me Your Tits records)
Et bien voilà un nom d'album qui n'est pas commun, et qui outre me faire sourire, en indique long sur le contenu, à savoir 42 morceaux sans titre, sans parole et surtout sans compromis ! Parce que là, il est clair que nous avons affaire à un groupe de Grind qui ne fait pas dans la dentelle, composé comme le devrait être chaque groupe de rock, soit quatre membres, MAGISTRAL FLATULENCES c'est comme qui dirait du gros qui tache ! Ca blast tout le long, le chant se veux bien gueulard et guttural à souhait, musicalement c'est ultra violent, bref exactement comme je conçoit le grind pur et dur ! Pour ne rien gâcher à la fête, les compos se veulent très percutantes et les quelques outro placées par ci par là tout au long de l'album préparent bien le terrain (notamment celle du morceau 32 qui est un vrai délice). Un album dont on ne peux sortir indèmne et que je conseille fortement à tous ceux en quête de brutalité sauvage musicale ! J'espère vraiment que MAGISTRAL FLATULENCES perdurera dans cette voie et que le groupe aura l'occasion de rencontrer son public... Bonne route à vous ! Laurent (12/05)

magistral.flatulences@caramail.com

MUMAKIL : "Same" (auto-prod) www.mumakil.ch
Si vous aimez le Grind, arrêtez net la lecture et procurez vous le skeud !!!!!! MUMAKIL est un jeune groupe formé à Genève en 2004 mais il est loin d’être inexpérimenté car composé de membres de Stump Fucking, Nostromo, Deceit et Knut. Ils ont déjà joué avec Nasum, Blockheads, Inhumate, Ingrowing, Deranged et effectué une tournée en 2005. Petite précision qui a son importance, ils jouent du frontal grindcore ! Pourquoi frontal ?? Parce que c’est à se fendre le crâne ! MUMAKIL nous offre 12 morceaux ultra brutaux qui ne lassent pas le moins du monde bourrés de subtilités. Les riffs sont très efficaces, la batterie très carrée et rapide, la basse bien présente et le chant guttural à souhait ! Ce groupe réunit tous les ingrédients et le résultat est excellent. Procurez-vous cette démo en attendant l’album qui arrivera en 2006 et allez les voir en concert parce que MUMAKIL ça latte !! Merci Messieurs pour cette musique. Guyom (12/05)

NIHILISTIKRYPT : "Requiered Sacrifices" (auto-prod) www.nihilistikrypt.net
NIHILISTIKRYPT est un groupe d’Estonie jouant du Death Metal crée en 2004. Les mecs ont participé au Conquer Fest en 2005 et joué avec Rotting Christ. Cette démo (boitier cristal + livret) se compose de 9 titres. L’ensemble est très bien exécuté, les musiciens sont bons : la voix est assez présente et laisse bien vivre la musique ; seul reproche la concernant elle est beaucoup trop linéaire, c’est toujours la même voix, sans variation de chant, c’est quand même dommage. Les riffs sont bons, efficaces ; on note l’utilisation de quelques effets à des endroits précis qui apportent une touche agréable et un morceau acoustique pas mal du tout. La batterie est, elle aussi, très bien exécutée et variée. Seulement ne chercher pas du blast, vous n’en trouverez pas, on se cantonne à du mid tempo ce qui est également dommage. Un petit mot sur la qualité du son, bonne production qui met bien en valeur le groupe.Cette démo est donc relativement bonne et bien exécutée mais on reste dans un death metal habituel qui manque cruellement d’originalité. Une variation des tempi et une voix plus variée serait un plus. Je le conseille donc aux purs amateurs de Death Metal ! Guyom (12/05)

M.D.U. : "Les Saigneurs Des Anus , Le Retour Du Doigt" (auto-prod) http://mdu.chez-alice.fr
Le retour des experts en matière d’autodérision, MDU les grindeux de Perpignan, avec cette galette 2005, excellent !! 35 morceaux mesdames messieurs oui oui, vous ne rêvez pas et en plus cerise sur le gâteau une vidéo et un paquet de photos, le tout avec un livret bien sympa. Bon alors pour la vidéo et bien procurez-vous le cd ça sera plus simple car sinon Bestial Experience va devenir un site XXX héhéhé, nan sérieux à voir. Pour les songs et bien c’est bien bourrin, un gros son au niveau des instruments le tout accompagné d’une voix tantôt death tantôt grind, en tout cas très honorable. Pour les paroles je ne m’avancerai pas en disant que MDU parle de sexe et de provocation (si je m’avance), c’est bien fun en tout cas. Tiens je vais mettre le morceau de ce titre comme ça les moteurs de recherche du net vont faire rappliquer les coincés chez Laurent hihi voici "Gilbert Bécaud" ou bien "Billy jean". Allez vous l’aurez compris MDU fait dans le grind ultra délirant alors si vous êtes adeptes et bien dépêchez vous de commander. Sam (12/05)

• OTARGOS : "Ten eyed nemesis" (Rupture Music/Several Bleeds Records) www.otargos.com
Retour sous format audio pour nos amis Bordelais qui il faut bien avouer, depuis la sortie de leur précédent MCD n'ont pas chomé. De nombreuses dates à travers la France et une reconnaissance dans le milieu Underground qui s'est bien accrue au fil du temps. Il faut dire que c'est bien mérité pour OTARGOS qui se donne vraiment les moyens de réussir ! C'est donc avec une nouvelle galette composée de 8 titres plutôt rapides que OTARGOS enfonce le clou. Même si il faut avouer que certaines longueurs peuvent se faire ressentir à l'écoute de cet album sur la durée parfois un peu exagérée des morceaux, l'ensemble sonne plutôt très bien grâce à une très bonne production et une certaine homogénéité musicale très black/death teintée de parties très lugubres. Le chant alternant les voix black et death passe bien et musicalement il n'y a rien à reprocher au groupe, ses musiciens connaissent leurs instruments, croyez-moi ! Les compos sont bien structurées et cet aspect noir tout le long de l'album ne fait qu'accentuer cet univers méphistophélique que recherche OTARGOS. Un tel album augure forcément une signature prochaine pour le groupe, et c'est tout le mal que je leur souhaite. Laurent (12/05)